Initiative d’un frère qui fut un survivant des camps de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), soit le frère Laurent Cosgrove. Membre de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, il avait le vœu, s’il sortait vivant des camps de faire honorer Notre-Dame sous ce nouveau nom que lui avait inspiré la vision des avions de guerre qui semaient la désolation et la mort.

Une visite à la montagne de la Pointe-Noire l’a convaincu que ce serait sur cette montagne qu’il construirait le lieu de culte de la madone. La confection de la statue la représentant fut confié à Médard Bourgault. Terminée en 1955, elle est l’œuvre originale du sculpteur, mais aussi du frère Laurent Cosgrove qui l’a imaginée.

Semblant flotter dans l’espace à cause de la position de ses bras, elle est debout sur un globe terrestre. La fusée aérienne et le Spoutnik russe y sont représentés de chaque côté du globe, symbolisant la navigation aérienne et spatiale et faisant trouver tout son sens au vocale utilisé…Notre-Dame-de-l’Espace! La statue originale se trouve dans le siège montréalais de la communauté de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu et c’est une copie en marbre qui a été placée sur la montagne en mai 1962.

En septembre 2013, une chapelle fut construite pour y accueillir une statue restaurée par l’artiste Martin Brisson. Elle accueille depuis ce jour tous les pèlerins osant affronter « sa montée de la foi ».